CONDE, cuvée 2022. Cela fait plusieurs années que l’on vient à Condé-sur-l’Escaut, toujours avec le même plaisir non dissimulé. L’accueil du club est de loin le plus simple et le plus authentique de tous les lacs du tour ! Jean Paul dit « le breton », singlet bleu marine, gère tout depuis sa chaise de jardin posée sur un ponton flottant au milieu du lac : procédure de départ, jury, sécu, pointage à l’arrivée… Cette année, il était aidé par le président du club, Jean Paul dit « le président » et par notre fan no 1 : Céline. Deux à trois beauforts, temps sec, nuages et éclaircies au programme. Sept manches courues. Par quoi commencer ? Ah oui : les forfaits ! Premièrement : ROD, qui, suite à un faux pas, s’est cassé le pied. Souhaitons-lui un prompt rétablissement. Benoît, ensuite, qui a choppé la maladie que le vaccin était censé éradiquer… Philippe, atteint d’une maladie mystérieuse (d’amour ?) et enfin JO, dont le mari s’est cassé le pied. L’avantage d’écrire le compte rendu, c’est qu’on peut parler de soi autant qu’on veut ! J’ai donc pris un premier bon départ et suis arrivé deuxième à la bouée de près, c’est-à-dire, premier. Il faut savoir que dans cette édition du tour des lacs, la première place est systématiquement squattée et qu’on se bat pour être le premier à la deuxième place. C’était sans compter sur les redoutables machines de mes poursuivants (il faut savoir que je régate sur une yole en bois des années soixante aux réglages sommaires) : Rémi et François, le petit jeune qui monte, qui me dépassent et me relèguent à la 4e place. Dans la deuxième manche, je ne me laisse pas faire et termine deuxième. Hélas pour la dernière fois. Dans les cinq manches qui suivent, je finirai à ma place : 4e avec 22 points. Les autres manches sont d’un ennui affligeant. Rémi et François se disputent les 2 et 3e places, terminant successivement 3e et 2e, 2e et 3e, 3e et 2e, 2e et 3e… au point qu’ils terminent à égalité : 15 points chacun. C’est le temps, que les organisateurs ont eu la bonne idée de mesurer, qui les départagera. Sept secondes les séparent sur trois heures de course !! François deuxième et Rémi troisième. Et que se passe-t-il derrière ? Maxime et Gilles, le petit vieux qui monte, se disputent les 5 et 6e places, terminant successivement 6e et 5e, 5e et 6e, 6e et 5e, 5e et 6e… C’est finalement Maxime, qui a couru toutes les manches, une première depuis longtemps, qui remporte la 5e place avec 31 points contre Gilles, 34 points. J’ai oublié quelqu’un ? Ah oui, Marc, 6 points et deux tours de pénalité d’avance (il les a fait à tout hasard en nous attendant) qui est devenu notre sponsor en pot de miel officiel ! Bravo Marc.